Règleman Afè Popilè – Tribilasyon Ak Kè Kontan

By Gwadaiti
In Lokal
Déc 21st, 2020
0 Comments
270 Views

Awtis : Règleman Afè Popilè
Prodiksyon : Bosal Mizik
Date lage : Oktòb 2020
Disponib en lè Diskob

Albòm sa anrejistre nan Inovason Studio. Michel Hans Volcy mikse l. Bazoo Amadeus Wolfgang Masterize l. Anba direksyon Frantzy « 35 Zile » Nougaisse pou Sosyete Banda. Bosal Mizik pwodui tout track yo. Règleman Afè Popilè . Tribilasyon ak Kè Kontan . TRIAKK . Oktòb 2020.

Tracklist :

1- Kaptif / Konpozisyon : Dedy Styl
2- Rasanbleman / Konpozisyon : Benkele Phatbeatz
3- Patchakouti / Konpozisyon : Dedy Styl
4- Plimo / Konpozisyon : Dedy Styl
5- Dèy / Konpozisyon : Dedy Styl
6- Lento / Aranjman : Vanessa Jeudi / Akonpayman vokal : Rich Kaizer Dor
7- ETMK / Konpozisyon : Dedy Styl
8- Masuife / Konpozisyon : Benkele Phatbeatz
9- Rimatizan ft Mado ak Malada / Konpozisyon : Dedy Styl
10-Kanè Sekrè / Konpozisyon : Dedy Styl
11- Tanbou / Konpozisyon : Benkele Phatbeatz
12- JÒF ft 35 Zile / Konpozisyon : Dedy Styl
13- Konviksyon / Konpozisyon : Benkele Phatbeatz
14- Pou Demen / Konpozisyon : Dedy Styl

Le groupe Règlèman Afè Popilè (RAP) a sorti, le 17 octobre 2020, son premier album intitulé TRIAKK (Tribilasyon ak kè kontan), disponible via l’application locale Diskòb ainsi que sur leur chaîne Youtube.

Dans une teneur politique sous une forme poétique, RAP (Règlèman afè popilè) a soumis à l’appréciation du public son tout premier album intitulé TRIAKK, acronyme de Tribilisayon Ak Kè Kontan, le 17 octobre 2020. Produit par le label Bosal Mizik et enregistré à Innovation Studio, ce projet a été façonné par deux grands producteurs, Dedy Styl et Benkele PhatBeats.

Cet opus compte 14 morceaux dont chacun retrace une date ou une période importante dans l’histoire d’Haïti avec pour point de départ le débarquement des espagnols en 1492.

En effet, le premier numéro, Kaptif ravive la plaie de l’esclavage pour parler de la situation des esclaves à Saint-Domingue dans un contexte identitaire dualiste; Patchakouti, synonyme de l’enfer, est un terme qui traduit les expériences des Boliviens avec les Espagnols, pour parler du débarquement de Christophe Colomb sur l’ile d’Haïti; Rasanbleman, coloré d’une spiritualité vodouesque avec la succulente voix de Vanessa Jeudi, nous rappelle les bons moments du Rap Kreyòl notamment avec les albums et groupes qui ont scellé la fondation de ce vaste mouvement.

Plimo exprime la position des rappeurs en termes de choix des mots pour imager des situations ayant rapport avec la réalité du terroir; Dèy décrit le rapport décrié qu’entretient l’État avec la masse populaire; Lento, morceau chanté par Vanessa Jeudi, est un rappel pour signifier aux bourreaux qu’ils auront toujours besoin du peuple, quoi qu’il advienne.

Rimatizan est de l’ego trip où chaque rappeur, dont deux invités – Mado et Malada – dans un style libre, démontre leur capacité rimique et rythmique; Masuife traite non seulement de l’exode des Haïtiens vers le Chili ou le Brésil, mais aussi de l’exode des paysans vers la capitale; JÒF (Jenerasyon Ogou Feray), avec la participation du rappeur 35 Zile, remonte au début d’une génération de jeunes rappeurs qui se sont rencontrés au sein de l’Université d’État d’Haïti dans un contexte de débat sur la crise universitaire; Konviksyon parle de la conviction du groupe; Pou demen porte les marqueurs d’un héritage légué pour les générations futures au prix d’énormes sacrifices; ETMK, Kanè sekrè et Tanbou constituent les trois autres musiques gavées sur cet album.

Si l’on a toujours tendance à qualifier de rap conscient tout rap qui embrasse les causes sociales, Mawon Anndi Èzli, rappeur et membre fondateur du groupe, souhaite se démarquer catégoriquement de cette étiquette et assume que RAP fait du rap politique.

« Nous faisons un rap politique afin de nous démarquer d’un rap dit conscient. Car on est tous conscient d’une manière ou d’une autre de ce qu’on fait. En ce sens, on peut avoir une conscience inversée de la réalité elle-même », a-t-il soutenu.

D’où le titre de l’album TRIAKK (Tribilasyon ak kè kontan), soit un emprunt d’un article du professeur Jean Casimir intitulé « Tribulation et joie de vivre », à travers lequel il a exposé le dynamisme du mode de vie du peuple haïtien.

« Cet album a pour essence de chanter l’histoire du peuple haïtien, notamment en termes de sa résistance envers et contre le pouvoir d’État. Autrement dit, c’est chanter notre tribulation et notre joie de vivre sans pour autant nous victimiser », a soutenu Mawon Èzli.

De son côté, Vanesse Jeudi refuse catégoriquement le sceau 100% rap qu’on veut apposer au projet TRIAKK. Elle s’explique.

« Je ne veux pas dire que TRIAKK est un album cent pour cent rap car, d’abord je suis sur l’album en tant qu’artiste et je ne rappe pas. Puis le choix de l’album a été porté sur la musique noire dont Soul, Blues, Jazz, entre autres. », a-t-elle fait remarquer.

Par ailleurs, elle affirme être satisfaite au regard de ce qu’elle s’était fixée sur ce projet. « Ma mission sur l’album a été d’apporter mon intérêt, ma préoccupation, ma position musicalement et de porter la poésie de ma voix sur un album rap », a-t-elle affirmé.

Composé de Wedly Mozeau, Claude Ardy Julien, Vanessa Jeudi et Jean Andy Antoine, RAP (règleman Afè Popilè) a pris naissance au sein de la Faculté des Sciences Humaines de l’UEH en 2014. À date, outre l’album TRIAKK, RAP compte plusieurs autres singles dont SSTOP, morceau videoclippé sorti en 2015.

 

About "" Has 6254 Posts

"Doucement va Loin, Patience bat la Force" Toussaint "Bredda" LOuverture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :